Table des matières

  1. Introduction
  2. Expérience personnelle
  3. Technique de tournage
  4. Outils et accessoires
  5. Les différentes étapes d’un plat en érable
  6. Particularités du bois
  7. Aujourd’hui, une formation de tourneur
  8. Présentation de quelques tourneurs de suisse romande
  9. La survie des artisans suisses / rôle de l’artisanat face à l’industrie
  10. Conclusion
  11. Bibliographie et annexes

 

6. Particularités du bois 

Toutes les essences sont utilisées, autant le bois vert que le bois sec peut être tourné. Le choix du bois dépend de la pièce que l’on souhaite réaliser. Par exemple : pour une lampe, il est préférable de prendre du bois vert, car l’épaisseur devenant très fine, la souplesse du bois est une des propriétés primordiale requise.

L’un des grands avantages du tournage est qu’on travaille même les bois inutilisables dans d’autres domaines. Les branches, les bois échauffés, moisis ou les défauts de croissance, donnent une variété de couleurs presque infinie. Le bois est également une matière vivante à respecter avec ses caractéristiques mécaniques et esthétiques : contraction, densité, couleur et texture.

Bois de feu utilisé dans le tournage.Différents débits.

Dans le tournage sur bois les déchets sont énormes, avec un ordre de grandeur d’environ 200%. Il n’est pas évident de procédé à l’estimation, tout dépend de la pièce réalisée.

Bois vertBois sec
+ bois tendre+ pièce prête pour la finition
+ moins d’abrasif+ idéal pour les travaux de précision
+ réfrigérant pour l’outil  (assemblages, boîtes)
+ parfum amplifié+ moins d’usure de l’abrasif
  
- déformation au séchage- pertes lors du pré sciage
- fente au séchage- poussière au ponçage

Lors du tournage sur bois vert, deux techniques de séchage sont généralement utilisées :

  1. La pièce est tournée puis directement poncée. Par la suite la pièce sera enfouie dans un sac de copeaux (ou emballée dans du journal) pour ralentir le séchage et diminuer le risque de fente. Cette pièce subira très certainement une déformation, elle reste rarement dans son état initial.
  2. Dans un premier temps, la pièce est uniquement évidée. Il faut laisser une épaisseur de 2-3 cm et appliquer la première méthode de séchage. Après environ 2 mois, il faut retourner la pièce. Le surplus d’épaisseur permet d’absorber les contractions du bois et d’empêcher l’éclatement tout en considérant la réduction pour la pièce finale.

 

Le retrait du bois est un pourcentage par rapport aux dimensions d’origine. plus la pièce est grande, plus elle diminuera. Il est également possible de sécher des pièces au micro-onde.

Pour éviter les fentes lors du stockage des débits ou des troncs, il faut enfermer les pièces dans un sac pour que l’humidité ne s’échappe pas trop vite ou enduire le bois de bout à l’aide de paraffine.

Le séchage est une étape très délicate.. Il n’y a pas de recette miracle, chacun doit faire ses propres essais et expériences. Notez que le bois sèche aussi lors du tournage, par la force centrifuge et avec la chaleur provoquée par l’abrasif par exemple.

Pourquoi travailler du bois vert s’il y a autant de contraintes ? C’est simple, il se trouve partout, prêt à l’emploi. Contrairement au bois sec qui possède quand même quelques contraintes importantes : sciage, stockage. Souvent les planches fendent en deux, ce qui entraîne une réduction du diamètre des pièces réalisables sans collage.