CEPNV – ECG – Examen final

 

Le tournage sur bois

 

Mathias Lanfranconi

Ebéniste

2000-2001

 

Table des matières

  1. Introduction
  2. Expérience personnelle
  3. Technique de tournage
  4. Outils et accessoires
  5. Les différentes étapes d’un plat en érable
  6. Particularités du bois
  7. Aujourd’hui, une formation de tourneur
  8. Présentation de quelques tourneurs de suisse romande
  9. La survie des artisans suisses / rôle de l’artisanat face à l’industrie
  10. Conclusion
  11. Bibliographie et annexes

 

1. Introduction 

Le tournage a commencé il y a fort longtemps. Les égyptiens tournaient déjà 1000 ans avant JC avec des tours rudimentaires et des outils de pierre. L’évolution à suivi son cours jusqu’au 21ème siècle, en passant par le tour à perche, le tour à manivelle puis finalement le tour à moteur. Il n’est pas évident de faire un historique plus précis sur l’histoire du tournage, je n’ai malheureusement pas trouvé d’ouvrage dédié à ce sujet.

Parmi les nombreux métiers du bois, aucun ne mérite mieux que le tournage la qualification de " métier d’artisanat ". Les produits courants que l’on trouve dans le commerce appartiennent au domaine de l’industrie, mais ils représentent qu’une petite partie des capacités de réalisations d’un tourneur sur bois.

Peu connues du grand public, rarement présentées dans les expositions, les œuvres tournées exercent toujours une sorte de fascination : beauté du bois, perfection des lignes, de la main qui les caresses. Il est heureux de constater que ce métier vieux de 3000 ans n’est pas mort.

Les personnes qui ne connaissent pas le tournage ont du mal à réaliser le rapport entre la belle pièce et le tour qui lui a donné le jour. Et pourtant, son principe est basé sur une machine simple, puisqu’elle se contente de mettre une pièce de bois en rotation. L’imagination et l’habilité manuelle mettent en œuvre le matériaux soigneusement choisi en créant une infinité de formes, autant objets fonctionnels que décoratifs. L’un des grands mérites de ce métier est que l’artisan n’a pas de limite.

Le tournage sur bois est l’une des rares activités manuelles qui fait appel à la dextérité, à l’imagination et au cœur. Grâce à la précision de la main ainsi que de l’œil, des objets apparaissent à partir de simple morceaux de bois.

Le tournage étant en voix de disparition revit gentiment grâce à quelques adeptes prêt à consacrer leurs vies pour cet art.

J’ai choisi de faire mon travail personnel sur le tournage car je tourne depuis un an et j’ai envie d’améliorer mes connaissances, et peut-être un jour pourrais-je me mettre à mon compte sans avoir trop peur des industries.

Comme il existe beaucoup de techniques et d’outils différents, je vais vous présenter ceux que j’utilise dans la pratique.

Le problème des industries face aux artisans reste inquiétant. Ils ont des prix moins élevés donc vendent plus. Les gens préfèrent acheter 6 chaises à bas prix par année que 6 chaises cher qui tiendrons 20 ans, voir plus.

J’espère que les personnes qui parcourront ce dossier vont s’apercevoir qu’il n’y a pas que le tournage traditionnel, mais également le tournage d’art, comme la peinture ou la sculpture. Peut-être qu’un jour ces mêmes personnes tournerons !

Jusqu’au mois de janvier j’ai recherché des documents et écris mes brouillons. J’ai également réalisé un questionnaire que j’ai soumis à divers artisans et industrie.

Pour mieux connaître le tournage, il faut continuer à lire ce dossier !